Concert : Missa Gitana Publiée le 13 juin 2019

#

Avec Tekameli et l’ensemble instrumental Perpignan Méditerranée, Direction, Daniel Tosi

Violons, guitares et chants gitans à l’unisson… C’est une rencontre entre la mesure et la spontanéité, la musique écrite et la transmission orale, le respect de la partition et le sens du rythme, de la mélodie, une rencontre entre musiciens avant tout, ceux du groupe internationalement connu Tekameli et le compositeur Daniel Tosi, Directeur du Conservatoire Montserrat Caballé. Les chants traditionnels venus du cœur des gitans (Tekameli signifie « Je t’aime » en ancienne langue Calo), porteurs d’une spiritualité pleine de vie et d’humanité, partagés lors des grands rassemblements évangéliques, Daniel Tosi les a pour la première fois rassemblés, mis en partition, orchestrés pour les mêler aux sonorités éblouissantes d’un ensemble à cordes, créant une œuvre originale, métissée, vibrante : une messe gitane. Plein de ferveur et d’inspiration religieuse, les chants puissants des gitans de Perpignan s’enrichissent des éclats de l’ensemble instrumental Perpignan Méditerranée, avec Julie Bendersky et Diégo Tosi en solistes, pour faire éclore un autre monde d’échanges et de spiritualité rassemblés.


Tekameli

« Je t’aime » en Calo, l’ancienne langue des gitans d’Espagne est la rencontre de voix gitanes envoûtantes et de guitares endiablées qui parcourent depuis les années 1990, des villages du Roussillon à l’opéra de Sydney, les scènes et festivals du monde entier. Piliers du temple, Salomon Espinas, enfant de Saint-Jacques titillé par une mère au chant insolent et un père prédicateur évangéliste, véritable ADN vocale du groupe, et Jeannot Soler, sorcier du rythme dont le jeu de guitare à la sensualité furieuse et hypnotique délivre tous les secrets de la rumba catalane et du fandango, ont révéler au grand public toute la profondeur et l’âme gitane, le sens de la fête et du sacré.

Hanté par les mânes du gospel, habité d’une rare ferveur, loin des « gitanités » de bon marché, Salomon a su libérer cette voix charnelle et évanescente par-delà les frontières. Dans son chant, il y a ce pouvoir magique, incantatoire, proche de la transe. Une dignité magnifique qui, par soir de concert, irrigue spontanément la pupille du public. Quant à Jeannot, Tekameli est son premier… ou son cinquième enfant, selon le regard. Des noces gitanes aux cérémonies évangéliques, il a promené sa guitare, peaufiné ses aller-retours et transcendé son art de l’improvisation. Croyant mais non pratiquant, fier défenseur des traditions des fils du vent Jeannot se pose depuis toujours comme messager de l’amour, de la douleur, de la souffrance.

Révélé à travers un festival d’été à Nantes, en juillet 1991, lors d’une grande soirée « Tsiganes du monde », le groupe Tekameli a su déployer depuis un style personnel, un système de polyphonies aériennes qui s’appuie sur les influences musicales cubaines ayant inventé à Barcelone une nouvelle rythmique, une signature aujourd’hui immédiatement reconnaissable.

Daniel TOSI

Compositeur et chef d’orchestre

français né le 11 juillet 1953 à Perpignan.

Diplômé du Conservatoire de Paris, Daniel Tosi étudie également en Sorbonne et obtient l’agrégation et un doctorat. Titulaire des certificats d’aptitude de directeur de conservatoire et de professeur d’analyse, il devient inspecteur de la musique, avant de se consacrer à la fois à la pédagogie, à la direction d’orchestre et à la composition. Pédagogue, il dirige depuis 1989 le Conservatoire de Perpignan et en fait un foyer musical rayonnant.

Chef d’orchestre, il fonde l’Orchestre de Perpignan Languedoc-Roussillon (1983), la Camerata de France (1988) et le festival Aujourd’hui Musiques (1992). Il crée également le Collégium Vocal de Catalogne pour interpréter un répertoire allant de Guillaume de Mauchaut à la période contemporaine ainsi que le festival Prospective 22ème siècle, lieu de rencontre de la création musicale contemporaine. Il dirige par ailleurs les ensembles et orchestres les plus divers : l’orchestre symphonique et l’orchestre de chambre Perpignan Méditerranée, la Rai de Rome, l’Orchestre de Turin, l’Orchestre Régional de Bretagne, l’Orchestre de Caen, les Solistes d’Europe, TM+ de Paris, les Orchestres d’Ismir, d’Adana et d’Ankara, l’Orchestre de Mallorca, de Barcelone, de Zaragosse…

Compositeur, il est pensionnaire à la Villa Médicis (1983-1985), membre du collège des compositeurs du GMEB (Groupe de Musique Expérimental de Bourges) et remporte de nombreux prix, dont le prix Georges Enesco (1985) et le prix Claude Arrieu (2004).

Son attention se porte sur les musiques électroacoustiques (Vives, noires, mi-teintes, création à la Maison de Radio France, 1992), la recherche de formes et de timbres originaux, une rythmique repensée (Tin-Tal pour mezzo-soprano, baryton, tabla, deux pianos et contrebasse, 1978) et un traitement instrumental tendant à la virtuosité (Phonic Design IV pour marimba et violon, création par Jean Geoffroy et Franck Dellavale, 1991). Il crée des climats psycho-poétiques variés qui, de la violence à la somnolence, correspondent à l’image de son discours musical intérieur.

Daniel Tosi compose également des contes et opéras pour enfants (Les contes de ma mère l’oye, 2010) ainsi que des opéras populaires de grandes envergures : Orphée pour orchestre symphonique, quatre solistes, chœur, bande et récitant (2012) ; Messidor pour solistes, chanteurs, chœurs, récitant, comédiens, orchestre et dispositif électroacoustique (2014).

Diego TOSI

Diego Tosi intègre l’Ensemble intercontemporain en octobre 2006 en tant que violoniste. Il se produit en soliste dans les plus grandes salles du monde entier et interprète des répertoires de toutes les époques. Il a enregistré plusieurs CD (comprenant entre autres des œuvres de Ravel, Scelsi, Berio et Boulez) qui ont obtenu les meilleures récompenses sous le label « Solstice ». Plus récemment, il a entrepris une intégrale discographique de l’œuvre du violoniste virtuose Pablo de Sarasate et vient d’obtenir le prix Del Ducca décerné par l’Académie des beaux-arts ainsi que le prix Enesco décerné par la Sacem. Après avoir obtenu son premier prix à l’unanimité au Conservatoire de Paris (CNSMDP) dans la classe de Jean-Jacques Kantorow et Jean Lenert, il s’est perfectionné à Bloomington (États-Unis) auprès de Miriam Fried puis a remporté le concours des Avants-Scènes en troisième cycle au Conservatoire de Paris. Au cours de sa formation, il a participé aux plus grands concours internationaux : Paganini à Gênes, Rodrigo à Madrid, ValentionBucchi à Rome, dont il a été à chaque fois lauréat. Dans ses années de jeunesse, il a également suivi l’enseignement d’Alexandre Bendersky et a remporté de nombreuses récompenses dans divers concours internationaux (parmi lesquels Wattrelos, GermansClaret et Moscou).

Julie BENDERSKY

Julie Bendersky est née à Moscou en 1982 dans une famille de musiciens. Manifestant des dons précoces pour le violon, elle entrera à l’âge de 7 ans à l’École spéciale de musique pour les enfants surdoués de Moscou, puis intègrera

deux années plus tard l’École Yehudi Menuhin de Londres. Installée en France à

partir de 1990 elle rentre au CNSM de Paris à l’age de treize ans. Elle collectionnera distinctions et récompenses : Prix à l’unanimité de violon à Aulnay-Sous-Bois, Médaille d’Or à l’unanimité et Prix de Musique de Chambre du CNR de Perpignan, Diplôme de Solfège du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. En 1995 elle y suivra les cours de Régis Pasquier et achèvera ses études par un Prix d’Excellence du Conservatoire de Florence avec Pavel Vernikov. Elle s’est produite en soliste dans de prestigieuses salles et de nombreux festivals : Wigmore Hall de Londres, Opéra de Montpellier, Festival de Radio France, Festival International de Musique en Corse, Antibes, Paris, etc, et en tant que violon solo de plusieurs orchestres, comme la Camerata de France, l’Orchestre des Solistes d’Europe, l’Orchestre du CNSM de Paris. Elle est aujourd’hui professeur de violon au conservatoire de Perpignan et membre de l’Orchestre Symphonique de Perpignan dirigé par Daniel Tosi.



PROGRAMME MISSA GITANA

Introit(à capella)

I - Kyrie : Todolo que Hecho (Toi qui a eu pitié de nous…)

Christe : SoyHeredero (Je suis l’héritier du Christ, qui nous prête secours…)

Kyrie : Que sera (Que serait ma vie sans ta présence…)

II - Gloria (Instrumental) : gloire au père au plus haut des cieux…

A Ti : JesuChriste ; Jésus t’appelle pour le suivre…

Tinc que dir : Domine Deus ; je n’ai qu’à dire que je t’aime Dieu tout puissant…

Magnificat (à capella)

Communio, (Instrumental) : prière…

Crucifixus :Marie (Et son sang coulait avec ses mains clouées sur la croix…)

III - Sanctus : Père y joan (Pierre et Jean)

Benedictus : La vida breve / La vida Eterna (Instrumental)

IV - Agnus : Fill de David (Fils de David, aies pitié de moi…)

Amen, (Instrumental) : alléluia…

V - Ite missa est : Escolteu (Ecoutez la voix du Seigneur…)