The Fakir Orchestra Publiée le 7 août 2018

#

vendredi 10 aout - 21h30 - Port - Concert gratuit

Dans la catégorie des agités du bocal, ce spécimen mérite un examen particulier. Producteur et musicien multicartes, Franck Dadure (The Fakir) soufre d’un trouble dont on ne cherchera surtout pas à le guérir : il a l’identité baladeuse. Fermement affirmée, mais refusant de s’embourber dans un quelconque pré carré, elle file ventre à terre d’une idée à une autre, dresse avec virtuosité l’éloge de l’esprit d’escalier et du ricochet sonore. Nu-jazz onirique, trip-hop electroacoustque, drum & Jazz narcotique, groove moyen-oriental, free, musique concrète ou psychédélique… De ces étiquettes, cet iconoclaste fait un nuage de confettis, sous lequel son charivari, véritable fête pour les têtes en vrac et les jambes qui ne tiennent pas en place, peut battre son plein. Soufflant dans les bronches des puristes, sa clarinette turque électrifiée et ses divers instruments « home made »(Senza -Fuzz, tour Eiffel Theremine...) déposent des vérités neuves dans l’oreille des amateurs d’inouï, ses machines et instruments trafiqués achèvent de transformer ses tourneries en odes au désordre. On l’aura compris, The Fakir fait mieux que donner des concerts : il commet d’enivrantes atteintes aux moeurs musicales et à l’ordre poétique. Un élixir qui se consomme sans modération sur scène où notre fakir se démultiplie en un Fakir orchestra de musiciens mutants dont le sens du groove et la science de l’improvisation font merveille.