L'esprit Machado plus vicace que jamais Publiée le 27 févr. 2018

#

Et le vainqueur du grand prix international Antonio Machado remis par Christian Lagarde, président du jury est José Malvis, de Saragosse pour son œuvre poétique Todos los dias son lunes en Diwaniya, du nom d’une ville irakienne où ce jeune poète extraordinaire, militaire, a connu la guerre pendant quatre mois en Irak. « Formé aux études de philosophie, j’ai acquis la fibre poétique grâce à mon père qui me racontait des histoires et qui me lisait des poèmes de Machado mais aussi de Verlaine, Baudelaire, Arthur Rimbaud. J’ai vu des horreurs pendant cette guerre en Irak et je veux saluer et dédier mon prix à la cohérence d’Antonio Machado qui est allé jusqu’à la dernière conséquence de son engagement, jusqu’à la mort. Il est un exemple à suivre », s’enflamme le jeune poète encore ému de « l’honneur incroyable d’avoir été choisi ».

Il régnait sur le petit port catalan, l’esprit de l’hommage 2018 aux exilés de la Retirada et à tous les migrants, qui a présidé aux destinées des «résistances et solidarités d’hier et d’aujourd’hui ».

Pour l’hôte des lieux, Jacques Manya « les commémorations sont aujourd’hui empreintes de poésie mais également de politique, saluant l’homme resté fidèle à ses convictions, quoi qu’il en coûte et rappelant la force de la démocratie pour réconcilier tout ce que l’Europe compte de frères ennemis».


Une journée hors du commun

Émotion également des femmes et des hommes politiques présents, Guy Esclopé pour la région Occitanie, le consul d’Espagne, Gaudencio Villas Garcia, Michel Moly pour le conseil départemental, l’inspectrice d’académie, Mme Garcia Villa en présence de deux personnalités, grands témoins et fondateurs de la Fondation Antoine Machado (FAM), Georges Figueres et Paul Combeau, chaleureusement applaudis par un public venu en nombre, qui a comblé les chevilles ouvrières de cette journée hors du commun, Joëlle Santa Garcia présidente et Soledad Arcas Jorda, vice-présidente.

La relève est brillamment assurée par les collégiens et les lycéens très attachés à transmettre la culture qu’ils ont reçus en héritage.

C.L.-D.