PLATANES - UN PLAN D’ACTION POUR LE PATRIMOINE ARBORE Publiée le 24 mai 2019

#

Les arbres, et en particulier les platanes, constituent un élément précieux du patrimoine naturel de Collioure et ce, quel que soit leur emplacement : parcs, bords de route et de mer, espaces collectifs, écoles...

Suite à la rupture d’une charpentière survenue sur l’arbre implanté à proximité de la place du Maréchal Leclerc le vendredi 6 juillet dans l’après-midi, l’Office National des Forêts (ONF) s’est rendu sur place à 3 reprises afin de mettre en place un plan d’action visant à obtenir des informations quant à la cause de la rupture de la charpentière de cet arbre, mais également afin de repérer d’autres arbres éventuellement porteurs de défauts nécessitant une intervention d’urgence.

Le 11 juillet, l’ONF en compagnie de Daniel Coupé (adjoint en charge des travaux et des services techniques) a pu observer la partie ligneuse qui s’était rompue et qui avait été conservée pour étude. D’importantes zones de décompositions sous forme de «pourriture blanche» ont été observées.

Durant l’hiver une prestation complète d’expertise a été menée (tractions, tests de résistance...) et a permis de mettre en place un plan d’action et un calendrier prévisionnel. Ainsi il a été établi dans un premier temps d’effectuer un nettoyage et une taille des rejets et gourmands sur les arbres (travaux effectués fin 2018). Dans le premier semestre 2019, l’ONF rédigera un guide de gestion ainsi qu’une charte de l’arbre prenant en compte les projets urbains à court et moyen terme.

Cependant il est à préciser que quelques platanes devront être rapidement abattus pour la sécurité de tous, notamment l’arbre situé derrière le monument aux morts à droite (arbre n°3). En effet il a été constaté une pourriture active des racines, présentant une dangerosité effective. Ces travaux seront effectués durant le premier semestre 2019.
Il est à préciser que ces arbres ont tous fait l’objet par le passé (plus de 10 ans) de tailles drastiques (étêtages et ablations de charpentières de fort diamètre). De ces tailles ont résulté des altérations puis des pourritures générant des cavités très importantes. Il y a plus de dix ans, les gestionnaires de ces arbres ont alors coulé du béton dans ces cavités.
Ce béton a parfois été englobé dans le bois de réaction, certains arbres ont mieux intégré que d’autres ces «corps étrangers». Par le passé lors d’expertise ONF, trois arbres (arbre n°3, 20 et 22) avaient été diagnostiqués comme devant être abattus au vu des altérations et défauts dont ils sont porteurs. De nouveaux tests vont être effectués sur les dits arbres afin de confirmer l’abattage ou éventuellement le maintien des deux derniers (20 et 22).

La municipalité met tout en oeuvre pour préserver le pratrimoine naturel, mais avant tout la sécurité des administrés et des visiteurs.